L’histoire du professeur tatoué
L’histoire du professeur tatoué

L’histoire du professeur tatoué

Aujourd’hui, je vais te parler d’une histoire assez récente en lien avec les préjugés autour du tatouage. Tu en as sans doute entendu parler car cela a fait le tour de l’actualité !

Sylvain, aussi connu sous le nom de Freaky Hoody, était un professeur de maternelle entièrement tatoué. Il a fait la une des journaux il n’y a pas longtemps car il a été empêché d’exercer sa profession.

Mais qui est-il ? Quelle est son histoire ?

Avant ce « scandale », Sylvain était professeur des écoles depuis 11 ans dans l’Essonne. Il est connu pour être l’homme le plus tatoué de France. En 2020, il a fait la une des journaux après avoir reçu des menaces de ne plus pouvoir exercer son métier de la part de l’inspection académique. Apparemment, son apparence dérangeait beaucoup de parents et d’élèves.

Source : starmag.com

Son surnom, Freaky Hoody, signifie étrange voyou en français. Cet homme est tatoué de la tête au pied et a également les yeux, le palais et la langue tatoué. Il a exercé sa profession de professeur à différents niveaux que ce soit la maternelle, le primaire, le collège, à des SEGPA ou encore à l’étranger, plus précisément en Angleterre.

Source : rcinet.ca/fr

Son apparence a fait diverger les opinions. Certains estiment que ses tatouages sont inappropriés pour pouvoir enseigner à des enfants. Pour d’autres, cela n’a aucun lien avec ses compétences de professeur et donc ne pose pas de problème. Selon ses propres dires, son « apparence n’est pas un obstacle au quotidien, parce que je pense être un bon professeur et faire de mon mieux dans mon travail et progresser d’année en année. Elle pose problème à certaines personnes, mais c’est très peu, c’est un parent sur 1000, et ce sont des parents d’enfants que je n’ai pas en classe ».

Le professeur a confié que son inspection ne souhaitait plus le voir enseigner en maternelle dans le but de ne plus recevoir des lettres de plainte. Il a été écarté du milieu scolaire pendant 2 mois et n’a plus effectué de remplacement en maternelle (uniquement en primaire). En regardant de plus près le règlement de l’éducation nationale au sujet de la tenue des professeurs, il n’y a aucune interdiction ou proscription en dehors des signes religieux.

Comme expliqué si bien par le principal concerné, « C’est de la simple xénophobie, les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Car, en réalité, les enfants me trouvent cool et je pense être un bon professeur. Il y a certes un effet de surprise la première minute de cours, puis ça passe très vite. La plupart des parents me remercient de mon enseignement des années plus tard. Je ne suis pas déséquilibré, je ne me drogue pas, je ne suis pas un bad boy. Je parle un français châtié, je me lève tôt, je fais du sport et je porte des chaussons chez moi ! Mais c’est vrai que je n’ai pas un physique qui correspond à mon métier. »

Source : stefayako.com

Cette tourmente lui aura permis de se faire connaître et de transmettre son histoire à travers les journaux et les plateaux télés ainsi que d’obtenir du soutien d’une partie de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.